Le Programme « 400 Cadres « , issu des Accords de Matignon de 1988 et devenu Programme « Cadres Avenir », est destiné à favoriser le rééquilibrage dans l’exercice des responsabilités. Il vise à former en métropole des cadres moyens et supérieurs néo-calédoniens, en particulier d’origine kanak, appelés à servir dans les entreprises et les structures administratives de l’île.

20 ans après, le rééquilibrage est une réalité, et le Programme « Cadres Avenir », une opportunité.

Selon l’Agence française pour le développement, les écarts de niveau de vie, entre les Provinces, mesurés par le ratio PIB/habitant, se sont réduits de moitié. Plus encore, les inégalités en matière de scolarisation élémentaire sont aujourd’hui en passe d’être totalement comblées. Les politiques publiques, relayées notamment par les Programmes « 400 Cadres » et « Cadres Avenir », ont joué un rôle déterminant dans cette convergence.

Comme l’illustre cette deuxième édition de l’Annuaire 2008, ces programmes sont une réussite.Plus de 1 000 stagiaires en ont déjà bénéficié. La proportion de participants d’origne kanak est de 70 %. Toutefois, des efforts sont aujourd’hui entamés pour recruter davantage la province Nord et accroître la féminisation du programme (35 %).

Cet Annuaire marque également le succès du Programme au service de débouchés professionnels de qualité. 95 % des stagiaires trouvent un emploi dans les 3 mois qui suivent leur retour en Nouvelle-Calédonie. Près de 45 % des participants travaillent dans le secteur privé, illustrant le dynanisme de l’économie calédonienne.

En tant que signataire de l’Accord de Nouméa, l’Etat prépare les transferts de certaines compétences ou établissements publics vers la Nouvelle-Calédonie. La génération formée actuellement à travers « Cadres Avenir » exercera peut-être un jour ces compétences et trouvera dans les anciens bénéficiaires du Programme des références utiles.

La qualité graphique de l’Annuaire démontre l’importance de cet outil pour renforcer les liens amicaux aussi bien que professionnels, entre les anciens du Programme exerçant désormais des responsabilités dans tous les secteurs d’activité. Le témoignage de la « première Promotion du Dialogue » prouve que le programme dépasse le seul cadre de la formation, c’est un outil de fraternité avec une ambition forte : la concrétisation d’un destin commun.